Covid-19 : toute la France en couvre-feu à 18h

Le début du couvre-feu va être avancé de 20h à 18h dans toute la France, dès samedi 16 janvier. D'autres mesures, concernant l'école ou nos déplacements notamment, ont été annoncées par le Premier ministre ce jeudi. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Covid-19 : carte des départements en couvre-feu de 18h à 6h en France
© Dossier Familial

De nouveaux départements « principalement de l'Est », avaient avancé de 20h à 18h le début du couvre-feu le 10 janvier, rejoignant les 15 départements déjà concernés par cette mesure renforcée de lutte contre l'épidémie de coronavirus depuis le 2 janvier dernier. 

C'est désormais, ce jeudi 14 janvier, toute la France qui est concernée. Mise à jour importante : d'autres restrictions ont été annoncées, concernant les déplacements, l'école et la pratique sportive. Suivez le lien ci-dessous pour suivre la situation en direct. 

Tous les départements concernés

Après s'être propagé dans l'est de la France, le virus circule désormais plus activement à l'ouest, d'où la généralisation du couvre-feu à 18h. La bonne nouvelle est que le couvre-feu a porté ses fruits dans les départements précédemment concernés, où le taux d'incidence a été parfois divisé par 2. 

Le 10 janvier, une large partie Est de la France était en effet déjà concernée par le couvre-feu avancé :

  • l'Allier
  • les Alpes-de-Haute-Provence
  • les Alpes-Maritimes
  • les Ardennes
  • le Bas-Rhin
  • les Bouches-du-Rhône
  • le Cher
  • la Côte-d'Or
  • le Doubs
  • la Drôme (à partir du 12 janvier)
  • le Haut-Rhin
  • la Haute-Marne
  • la Haute-Saône
  • les Hautes-Alpes
  • le Jura
  • la Marne
  • la Meurthe-et-Moselle
  • la Meuse
  • la Moselle
  • la Nièvre
  • la Saône-et-Loire
  • le Territoire de Belfort
  • le Var (à partir du 12 janvier)
  • le Vaucluse
  • les Vosges

L’exécutif n’a pas décidé, à cette heure, de l’instauration d’un troisième confinement. Il pourrait pourtant être envisagé en février, à averti le Premier ministre. 

Une demande des élus locaux

Devant la dégradation des indicateurs sanitaires, de nombreux élus des zones concernées réclamaient un alourdissement ciblé des contraintes, soit une extension du couvre-feu, soit des confinements locaux. Le maire Les Républicains (LR) de Nice, Christian Estrosi, s’est félicité sur France Inter de l’allongement du couvre-feu.

« Cela facilite la tâche à la fois des services de l’Etat avec la police nationale ou la gendarmerie et les militaires de la force Sentinelle et ceux des collectivités avec ma police municipale parce qu’à partir du moment où on ne plus sortir à partir de 18 heures, naturellement, cela nous permet de pouvoir maîtriser tous ceux qui voudraient déroger à la règle », a fait valoir l’ancien ministre.

Certains maires, au contraire, ont critiqué la mesure, comme la désormais première adjointe de Marseille Michèle Rubirola. 

df
Auteurs : Timour Aggiouri  | Mis à jour par Mathieu Sicard
Article mis à jour le 

Partager cet article :